Entreprise

Ouvrir une succursale de votre entreprise aux États-Unis

Ouvrir une succursale de votre entreprise aux États-Unis
Raphaël
Rédigé par Raphaël

L’internationalisation est un véritable facteur de développement dans le monde économique. De nombreuses entreprises cherchent
à être présentes sur plusieurs marchés afin de multiplier leurs bénéfices. Pour y arriver, la meilleure stratégie est
d’ouvrir une succursale dans le pays ciblé. Pour de nombreux investisseurs européens, les États-Unis sont un eldorado du
commerce international. C’est en effet un pays qui pratique véritablement le libre-échange et dans lequel les entreprises
peuvent accéder à des millions de consommateurs.

Comment faire pour ouvrir une succursale ?

Avant tout, il est important de savoir que l’ouverture d’une succursale est une forme directe d’implantation de
l’entreprise mère. Cela signifie que cette structure ne sera qu’une extension géographique de l’entreprise principale. Elle ne
pourra donc pas avoir de personnalité juridique et ne peut en conséquence pas disposer de patrimoine, de capitaux ou de biens
propres distincts de ceux de la société mère. Ce sont ces raisons qui poussent certains investisseurs à préférer la
création d’une filiale. Cependant, la succursale permet à l’investisseur d’avoir à l’étranger une direction autonome à même
de mener des activités commerciales. Comment s’y prendre ?

Comment faire pour ouvrir une succursale ?

Connaître la procédure d’ouverture d’une succursale aux États-Unis

Inévitablement, ouvrir une succursale de son entreprise aux États-Unis exige de connaître la procédure à
suivre. Il faut savoir qu’en la matière il n’y a pas de règles uniformes. Ce sont les lois des États qui s’appliquent. Or, les
lois nationales, même si elles ont des points convergents, diffèrent fondamentalement notamment sur les formalités à
accomplir.

Pour investir aux États-Unis, certains investisseurs préfèrent aller vers les États qui proposent des formalités
dématérialisées et rapides. Ce n’est pas toujours la bonne solution. Il vaut souvent mieux cibler les États qui ont un
environnement juridique favorable et qui ont de véritables potentialités dans le secteur visé. Pour une expertise juridique sur
ce sujet, contacter des cabinets d’avocats d’affaires comme Maud Poudat permet de faire les bons choix surtout quand on a besoin d’un
accompagnement personnalisé pour l’obtention d’un visa investisseur.

Quelles sont les meilleures villes américaines pour les affaires ?

Pour une implantation aux États-Unis, de nombreuses firmes misent sur les célèbres villes comme New York, Miami ou San
Francisco. Bien évidemment, ce sont des destinations qui proposent de véritables atouts pour les entreprises. Cependant, il y a
des villes moins connues qui peuvent donner aux entreprises européennes toutes les cartes pour un succès flamboyant.

Il y a entre autres :

  • Austin dans le Texas avec plus de 2 millions d’habitants et une industrie technologique importante ;
  • Atlanta en Géorgie avec 5,3 millions d’habitants et près de 150 000 entreprises, dont certaines apparaissent au
    classement Fortune 500 ;
  • Des Moines, une ville en Iowa où le coût des affaires est très favorable avec une prédominance des compagnies
    d’assurance.

En termes d’opportunités économiques et de croissance, les investisseurs qui recherchent de petits marchés performants peuvent
aussi viser Charlotte, Jacksonville, Omaha, Orlando,
Las Vegas, etc. Le meilleur choix, c’est de rechercher la ville attractive pour son secteur. Cela permet de faire
les formalités rapidement et de passer aux procédures d’obtention du visa.

Visa d’affaires ou immigration ?

Pour les affaires, les États-Unis proposent aux investisseurs deux types de visas. Ce sont le visa E-1 et le visa
E-2
. L’obtention de ces visas dépend de plusieurs conditions et il faut accomplir les formalités auprès du consulat de
son pays de résidence. Il faut souvent se référer aux cabinets d’avocats en la matière, car la procédure peut parfois être
une véritable bataille juridique. Le visa E2 par exemple est non-immigrant, mais permet à une personne physique de venir aux
États-Unis avec son époux et ses enfants non mariés de moins de 21 ans.

Pour l’obtenir, il faut :

  • Être de la nationalité d’un pays disposant d’un traité de commerce avec les États-Unis ;
  • Investir dans une entreprise aux États-Unis ou être en processus ;
  • Avoir investi un capital substantiel ;
  • Réaliser son investissement dans une entreprise viable et opérationnelle ;
  • Être motivé par le désir de diriger les activités de son entreprise ;
  • Avoir une activité commerciale non négligeable ;
  • Avoir des fonds d’investissement et en suffisance ;
  • S’engager à quitter les États-Unis à l’expiration du visa.

Il faut cependant préciser que les deux types de visas sont renouvelables indéfiniment.

Envie de devenir citoyen américain ?

Pour un étranger qui souhaite devenir un citoyen américain, trois solutions sont à sa portée.

  • Il est possible de demander la naturalisation lorsqu’on réside aux États-Unis depuis au moins 5 ans et qu’on a la carte verte ;
  • On peut avoir la nationalité américaine en épousant un partenaire américain ;
  • Pour devenir Américain, il est également possible d’y arriver en intégrant l’armée.

L’octroi de la nationalité n’est cependant pas automatique. Chaque solution exige de remplir des conditions
spécifiques que sont entre autres :

  • Avoir 18 ans ;
  • Connaître l’histoire des États-Unis ;
  • Être de bonne moralité et de bonne réputation, etc.

Dans tous les cas, se faire accompagner de spécialistes dans l’immigration notamment de juristes est un véritable atout.

Articles similaires

À propos de l'auteur

Raphaël

Raphaël

Laissez un commentaire