Finance

Des performances en dent de scie pour General Electric en bourse

General Electric bourse : Analyse et cours de l'action GE
Raphaël
Rédigé par Raphaël

Entre les années 1993 et 2007, General Electric avait une place de choix à la bourse de Wall Street. Les investisseurs américains se bousculaient pour acquérir ses actions. L’entreprise américaine était en tête de peloton des plus grandes capitalisations de l’indice S&P 500 en bourse. Aujourd’hui, la donne est loin d’être la même. En effet, General Electric a perdu sa notoriété et sa valeur d’antan sur les marchés boursiers. Cette descente aux enfers est due, en partie, à l’anachronisme du modèle économique de l’entreprise et les mauvais choix stratégiques qu’elle a effectués.


À la découverte de la société General Electric

La société General Electric est issue d’une fusion entre deux grandes sociétés en 1892. Les sociétés Edison Electric Light Company et Thomson-Houston Electric évoluant dans le secteur des installations électriques ont décidé de mettre ensemble leurs ressources pour devenir plus fortes. À la suite de cette fusion, General Electric fit son entrée à la bourse américaine. Elle a également procédé à l’acquisition des activités d’Alstom.

À la création de l’indice Dow Jones Industrial en 1896, General Electric était sur la liste des sociétés qui composaient ce prestigieux indice boursier. Ce n’est qu’en 2018, soit 122 ans après qu’elle a intégré l’indice Dow Jones Industial, que General Electric a finalement quitté la barque. Après ses nombreux succès, General Electric connaît aujourd’hui des moments particulièrement difficiles en bourse.

General Electric en bourse : entre difficultés et baisse accrues de performances

À l’heure actuelle, General Electric traverse d’énormes difficultés à la bourse. Les chiffres indiquent clairement la chute libre des actions de General Electric sur les marchés boursiers. Si à l’époque de Jack Welsh, entre 1981 et 2000, General Electric affichait une performance boursière d’environ 3645%, l’entreprise a vu ces chiffres voler en éclat, notamment avec une performance de 81% en 2001, sous l’ère Jeff Immelt. Cette chute vertigineuse du cours des actions est le reflet de la peine qu’éprouve la société pour redonner de la valeur à ses titres. En effet, General Electric a fait des secteurs industriels sa priorité. Mais, l’apparition d’un nouvel ordre économique mondial a rendu caduque la préséance des investissements liés à ce secteur. Depuis lors, General Electric bat clairement de l’aile en bourse.

L’endettement excessif sous lequel croupit le conglomérat l’oblige à procéder à la cession de ses actifs, au risque de mettre la clé sous la porte et disparaitre du marché. L’époque où l’action de General Electric en bourse plafonnait autour de 60 dollars n’est plus d’actualité. La terrible crise économique avec des répercussions boursières qui a frappé les États-Unis en 2008 a fait s’écrouler le prix des actions de General Electric en bourse au plus bas.

Avec l’apparition du coronavirus, la situation s’est empirée. En effet, alors que l’entreprise essayait tant bien que mal de remonter dans la courbe du prix des actions, le krach boursier résultant du Covid-19 a stoppé cette ascension. Ainsi, General Electric a vu sa valeur réduite à moitié entre le 24 février 2020 et le 18 mars 2020. Si le prix de l’action General Electric en bourse a, par la suite, connu une légère ascension, ce mouvement positif a été plutôt éphémère. Conséquence de cette nouvelle chute, le cours de l’action General Electric se retrouve à 5,45 dollars à la date du 15 mai 2020.

La société américaine en bourse a dit devoir ses pages noires à la crise sanitaire qui secoue le monde entier. General Electric a annoncé avoir perdu 900 millions de dollars de bénéfices. En plus, le cash-flow de l’entreprise qui avoisine 1 milliard de dollars a été sérieusement affecté par la crise. Pour se mettre sur les bons rails, l’entreprise a dû adopter des mesures radicales. Elle a notamment procédé à la suppression de 2700 emplois dans le domaine de l’aviation, et 700 employés du secteur électrique ont été remerciés. Selon les observateurs avertis, l’avenir n’est pas prometteur. Lors du deuxième trimestre, les chiffres ne devraient pas s’améliorer. Au contraire, les résultats de General Electric en bourse devraient être pires, comparativement à ceux obtenus au premier semestre.

Articles similaires

À propos de l'auteur

Raphaël

Raphaël

Laissez un commentaire