Taureau de Camargue

Historique

La présence de bovins de race fondée en Camargue a été relevée depuis la plus haute antiquité.
On a retrouvé à 2 km en amont d’Arles des ossements de bovins aux cornes en forme de lyre, mêlés à des squelettes de chevaux semblables à ceux de Solutré.0manif

Ces ossements ont permis de reconstituer un animal atteignant presque 2 mètres de haut et portant des cornes identiques à celles des taureaux d’aujourd’hui.
Il existait donc déjà à cette époque un taureau aux cornes en forme de lyre dans les marais de Camargue.
Comme il existe une ressemblance assez nette entre les bovins qui peuplent l’Asie et l’Europe Méridionale, certains pensent que le taureau de Camargue est la dernière ramification à l’ouest de la grande race bovine asiatique "Bos Taurus Asiaticus".
Pour d’autres, le Camargue est un auroch ayant vécu au quaternaire principalement en Afrique mais aussi en Espagne et probablement en France. Ils le nomment "Bos Primigénius Mauritanien".
Il est probable que des liens existent entre "Bos Primigénius Mauritanien" et "Bos Taurus Asiaticus". L’un pouvant fort bien descendre de l’autre ou tous deux avoir un ancêtre commun.
Le taureau de Camargue présente une grande spécificité vraisemblablement liée à ses particularités génétiques et à son isolement dans un milieu très caractéristique tant au niveau du sol que de la végétation.
L’homme a su préserver des conditions de vie qui font l’originalité de cet élevage d’abord destiné aux jeux avec la course camarguaise et à la tauromachie.
L’origine de la course camarguaise est un jeu : les valets de ferme et les animaux de la ferme se mêlent pour combattre et jouer avec le taureau destiné à l’abattoir.
Le plus ancien témoignage sur l’origine de la course camarguaise remonte en 1402 à Arles : une course avait été donnée en l’honneur de Louis II, Comte de Provence.
Au cours du XIV siècle ces jeux évoluent, on fixe une cocarde sur les cornes du taureau, et des primes sont attribuées à celui qui ira décrocher l’attribut : c’est la course libre.
Un règlement concernant les cocardes et les crochets est alors adopté. Seuls les "vrais" raseteurs habillés désormais de blanc sont acceptés en piste.
De nouveaux attributs seront ajoutés un peu plus tard.

La taille des troupeaux est très variable, elle se situe entre 150 et 300 têtes.
La répartition est équilibrée en mâles et en femelles, ce qui est exceptionnel en élevage bovin.

 

 

Présentation

 

LA RACE BRAVE

 

photo_taureau

Son pelage est noir ou brun, parfois taché de crème.
La taille courante est de 1.40 m pour les mâles et de 1.20 m pour les femelles.
Le poids varie entre 400 et 600 kg pour les mâles, et 200 à 400 kg pour les femelles.
On estime la population entre 5 000 et 6 000 têtes réparties
chez 30 éleveurs "ganaderos".
Les taureaux de race Brave iront dans les arènes pour des corridas soit espagnoles (à pied), soit portugaises (à cheval).

 

 

AOC TAUREAU DE CAMARGUE

 

Reconnue par le décret du 3 décembre 1996, la viande issue des races Camargue et Brave peut être valorisée sous la forme d’une appellation d’origine contrôlée Taureau de Camargue.
Les élevages ayant droit à cette AOC sont situés dans une zone humide délimitée dans les Bouches du Rhône, le Gard et l’Hérault.
Le produit se caractérise par :

  • l’élevage extensif en zone sèche et humide.
  • la nécessité de pâturer pendant 6 mois en zone humide.
  • l’élevage est réservé aux races Camargue et Brave, ainsi qu’aux croisés entre ces deux races.
 
logo_camargue

Reconnue par le décret du 3 décembre 1996, la viande issue des races Camargue et Brave peut être valorisée sous la forme d’une appellation d’origine contrôlée Taureau de Camargue.
Les élevages ayant droit à cette AOC sont situés dans une zone humide délimitée dans les Bouches du Rhône, le Gard et l’Hérault.

 

Le cahier des charges est strict :

  • l’élevage extensif en zone sèche et humide.
  • la nécessité de pâturer pendant 6 mois en zone humide.
  • l’élevage est réservé aux races Camargue et Brave, ainsi qu’aux croisés entre ces deux races.
  • les critères de sélection génétique correspondent aux règles des jeux taurins à l’exclusion des critères bouchers.
  • un livre d’inventaire des cheptels est tenu à jour.
  • l’abattage intervient dès le chargement dans la bétaillère.
  • chaque animal est livré avec son DAB (Passeport de l'animal).
  • chaque opération d’abattage est conduite dans un souci de préservation du produit et non de productivité.
  • l’identification de la viande AOC taureau de Camargue se fait au stade de la carcasse entière par l’apposition du tampon d’identification AOC sur les muscles en 8 points différents. Chaque pièce est accompagnée d’une étiquette d’identification.
  • les animaux qui participent aux jeux taurins sont exclus de l’AOC.
  • les entreprises d’abattage – découpe répondent aussi à des exigences particulières et sont situées sur l’aire géographique.
  • les animaux doivent provenir de manades ou ganaderias situées dans l’aire géographique de l’appellation où ils sont nés et élevés.
  • tous doivent séjourner au minimum 6 mois, sans affouragement, dans la période d’avril à novembre, dans une zone dite humide, définie à l’intérieur de l’aire géographique.
  • chaque animal est identifié à la naissance par une boucle puis marqué au feu à un an, et éventuellement par une escoussure (entaille à l’oreille) dès l’âge de 6 mois.
  • le mode d’élevage est extensif, l’alimentation est la pâture. En période hivernale, un complément alimentaire peut être apporté à l’aide de foin et de céréales originaires de l’aire géographique.
  • le chargement ne peut être supérieur à l’UGB (unité gros bovins) pour 1.5 ha de landes, parcours, et prairies.
  • tout éleveur désirant produire l’AOC doit obligatoirement :
  1. remplir une déclaration d’aptitude par laquelle il s’engage à respecter les conditions de production fixées par le décret.
  2. fournir à l’INAO une fiche éleveur, chaque année avant le 31 janvier de l’année en cours.
  3. conserver au minimum 3 ans : le livre d’inventaire de ses animaux, les factures de vente des animaux à l’abattoir identifiant l’éleveur, les factures de vente, de location ou lettres d’engagement pour les jeux taurins, les déclarations de surface ou tout autre élément identifiant les parcours, landes et prairies.

 

Ou trouver les produits ?

Les entreprises distribuant l'AOC Camargue sont situées dans la zone de reconnaissance de l'AOC.Les produits sont distribues en boucherie artisanales et en GMS de la région qui adhèrent à la démarche.  La société Alazard et Roux distribuent également l’AOC taureau de Camargue

- Syndicat de défense de l'AOC : 13200 ARLES 04 90 97 10 40

- Organisation de Producteurs Bovins : Association Bovin 13 13520 MAUSSANNE LES ALPILLES 04 90 47 51 50

- Société commerciale : Société ALAZARD ET ROUX  13150 TARASCON 04 90 91 17 67

 
TOP