La race Préalpes du Sud

Origine et implantation

Apparentée aux races des Pyrénées pour certains, à une race de Syrie pour d'autres, son origine reste peu connue. Cette population fut longtemps gérée et désignée sous des noms différents par des syndicats locaux qui la baptisaient race de Savournon, de Sahune ou de Quint, du nom de la région où se tenaient les foires de reproducteurs. La race fut définitivement baptisée Préalpes du Sud en 1948.

Le berceau de la race est situé sur les contreforts des Alpes, à la limite des départements de la Drôme, des Hautes-Alpes, des Alpes-de-Haute-Provence et du Vaucluse. Le territoire de cette région (collines essentiellement jurassiques et crétacées) et le climat méditerranéen contribuèrent à l´unité de cette population.
Son aire géographique actuelle se trouve principalement sur les départements des Alpes de Haute Provence, Hautes Alpes, Alpes Maritimes, Drôme et Ardèche. On la trouve aussi sur le Vaucluse, le Gard et l´Hérault. Au dernier RGA en 2000, 241 100 brebis étaient recensées.

Standard de race, caractéristiques et performances

La Préalpes du Sud est un animal de format moyen (55-70 kg pour les brebis et 75-100 kg pour les béliers) à peau et à toison blanches. La tête est fine, allongée et sans corne, le chanfrein un peu busqué et le front plutôt large. La couverture de laine est moyenne à faible, s´arrêtant le plus souvent à mi-flanc mais certains éleveurs sélectionnent des animaux avec une couverture de laine plus importante. Ceci est à mettre en relation avec l’évolution des systèmes d’élevages et la présence de cette race dans les zones de montagne.

La Préalpes possède une bonne capacité à résister à la chaleur, et à valoriser des ressources fourragères grossières (parcours, garrigues). Sa rusticité lui permet également de très bien se comporter en estive pour les troupeaux qui transhument. Cette brebis a une bonne aptitude au dessaisonnement, caractéristique recherchée pour une production à contre-saison notamment pour les signes officiels de qualité.

Elle dispose aussi d´un bon potentiel boucher et d´un bon potentiel de croissance, lui permettant d´être le plus souvent utilisée en race pure pour une production d´agneaux de boucherie. Elle se prête également au croisement avec des béliers viande comme les Berrichon du Cher, ce qui améliore la conformation et les vitesses de croissance. C´est aussi une brebis très souple d´utilisation, qui s´adapte très bien à des conduites extensives sans aucune complémentation, mais également à des conduites plus intensives avec trois agnelages en deux ans.

Systèmes d’élevage et types de production

Les milieux occupés aujourd’hui sont variés (plaines de la Durance, plateaux, haute montagne), ce qui explique une grande diversité des systèmes associés à cette race. Le plus souvent, la Préalpes est exploitée dans des systèmes spécialisés ovins, ou dans des systèmes où la production ovine est dominante, avec un complément de vente de foin et de céréales. On peut identifier trois grands systèmes :

  • L´élevage avec une conduite plus intensive est pratiqué dans les zones à bonne production fourragère : le troupeau est généralement sédentaire avec une partie d´hivernage en bergerie plus ou moins longue. Il est conduit en deux périodes d´agnelage (février-mars et août-septembre) voire en trois agnelages en deux ans.
  • L´élevage avec une conduite plus extensive est pratiqué dans les zones de grands parcours secs (garrigues, plateaux) : la conduite du troupeau est liée à une pratique pastorale importante et est le plus souvent calquée sur la pousse de l´herbe. La période d´agnelage se situe logiquement au printemps, afin de profiter au mieux de ces ressources fourragères.
  • L´élevage de haute montagne est caractérisé par une alternance de périodes d´hivernage en bergerie et de périodes d’estives. Les éleveurs ont alors recours à des brebis plus lainées. Les agneaux, nés principalement en mars, partent avec les mères en juin dans les alpages et seront vendus comme tardons à la descente de montagne.

Tout ceci conduit à une grande variabilité de types de produits de boucherie : agneaux de bergerie, agneaux lourds vendus au retour de la transhumance... Une part des femelles est utilisée pour le croisement avec des béliers de races bouchères.

  

Signes de Qualité
ps_tab 

 

1prealpes

 Une sélection depuis 1947

1947 : Création du Flock-Book « Savournon-Sahune »

1948 : Le Flock-Book est rebatisé « Préalpes du Sud »
1973 : Agrément de l’UPRA Préalpes du Sud
2008 : Agrément de l’OS GEN’OSE
2010 : Agrément de l’OS Races Ovines du Sud-Est


  

  

Structure de l'organisme de sélection

tab_ps2

Schéma de sélection

Le schéma de sélection repose sur 21 élevages pour près de 6789 brebis soit en moyenne des troupeaux de 323 têtes (Bilan contrôle de Performances 2009). Les élevages sont situés sur 3 régions : Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Rhône-Alpes et sur 9 départements.

carte_ps

3prealpes

La sélection génétique se fait prioritairement sur la voie mâle et sur ascendance : les mâles retenus sont sélectionnés à partir des performances de leurs parents. Les principaux objectifs du schéma de sélection de la race sont :
· Conservation des caractères de la race : morphologie générale de l’animal, rusticité, dessaisonnement
· Amélioration des qualités maternelles, de la valeur laitière et de la prolificité des brebis
· Amélioration de la résistance à la tremblante

Les performances des brebis recueillies sur 1 mise-bas permettent de classer les femelles. Dans la base inscrite, la répartition est la suivante : 25% de mères à béliers et 23% de mères à agnelles.


La prolificité moyenne des brebis est de 1,36 et peut atteindre 1,45 dans les meilleurs élevages.

Le centre d’élevage des jeunes béliers Préalpes du Sud se trouve à Carmejane (Alpes-de-Haute-Provence) qui accueille également les races Mérinos d’Arles et Mourérous. Chaque année, le centre d’élevage reçoit 2 bandes d’une soixantaine de béliers de 4 mois rentrant en janvier et juillet. Ils sont choisis parmi les agneaux nés des meilleures brebis de la race (valeur laitière, prolificité, résistance à la tremblante).

L’insémination artificielle constitue un outil indispensable du schéma de sélection. Elle permet une bonne connexion des troupeaux entre eux (meilleure fiabilité des index) et une diffusion importante des meilleurs béliers. Chaque année, environ 600 inséminations artificielles en Préalpes du Sud sont produites par le GIE US ROM à Mazeyrat d’Allier (Haute-Loire).

Jusqu’en 2008, afin d’améliorer les qualités bouchères et maternelles, les béliers rentraient en station de contrôle puis les meilleurs étaient testés sur descendance par le biais de l’insémination artificielle.

4prealpes_schemaFonctionnement du centre d’élevage de jeunes béliers Préalpes du Sud

 

Des résultats visibles

Depuis 1978, la valeur laitière des Préalpes du Sud a augmenté de manière importante grâce à la sélection : l’index valeur laitière est passé de +1 à +13 entre 1978 et 2007. Même si l’accent a été surtout mis sur la valeur laitière, la prolificité a également augmenté entre 1983 et 2007.

5prealpes_schema

Source : Laurence Tiphine - Institut de l’Elevage

 

2prealpes

Les projets en réflexion ou en cours

•    La sélection sur la couverture de laine
•    Le comportement maternel et facilité de conduite
•    La mise en place d’un schéma simple étage

 

tab_ps

Contact :

logo-complet_GENETIK

 

OS Races Ovines du Sud-Est
Maison Régionale de l’Elevage
Route de la Durance
04100 MANOSQUE
Tel : 04.92.72.56.81
Fax : 04.92.72.73.13
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Crédit photos : Maison de la Transhumace, Institut de l'Elevage - Carmejane, OS Races Ovines du Sud-Est

Plaquette Préalpes du Sud à télécharger

 

TOP